Arrêté du 2 Janvier 2009

Relatif à la formation complémentaire préparant aux certificats nationaux de compétence de mandataire judiciaire à la protection des majeurs et de délégué aux prestations familiales

Paris2009_P1140424-300x225

Le Ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité,

Vu la loi n° 2007-293 du 5 mars 2007 relative à la protection de l’enfance, et notamment son article 20 ;
Vu la loi n° 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs ;
Vu le décret n° 2001-492 du 6 juin 2001 pris en application du chapitre II de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 et relatif à l’accusé de réception des demandes présentées aux autorités administratives ;
Vu le décret n° 2008-1508 du 30 décembre 2008 relatif aux conditions d’âge, de formation et d’expérience professionnelle devant être satisfaites par les mandataires judiciaires à la protection des majeurs et par les délégués aux prestations familiales,

Arrête :

TITRE IER : AGENCEMENT ET CONTENU DE LA FORMATION

Article 1

Chacune des deux mentions du certificat national de compétence de mandataire judiciaire à la protection des majeurs, prévues à l’article D. 471-4 du code de l’action sociale et des familles, est préparée par une formation complémentaire spécifique.
La formation complémentaire préparant au certificat national de compétence de délégué aux prestations familiales, mentionné à l’article D. 474-4 du code de l’action sociale et des familles, est propre à ce certificat.

Article 2

Les formations complémentaires spécifiées à l’article précédent comportent des enseignements théoriques et un stage pratique.
L’enseignement théorique est organisé sous forme de modules de formation, regroupés en domaines de formation.
Les compétences attendues par modules de formation et les programmes de ces modules sont précisés en annexe du présent arrêté :
― annexe I : Référentiel de formation du certificat national de compétence de mandataire judiciaire à la protection des majeurs, mention « mesure judiciaire à la protection des majeurs » (MJPM) ;
― annexe II : Référentiel de formation du certificat national de compétence de mandataire judiciaire à la protection des majeurs, mention « mesure d’accompagnement judiciaire » (MAJ) ;
― annexe III : Référentiel de formation du certificat national de compétence de délégué aux prestations familiales.
La formation pratique se déroule sous la forme d’un stage d’une durée de dix semaines consécutives réalisé auprès d’une personne physique ou d’un service inscrit sur les listes départementales pour l’exercice des mesures correspondant à la formation complémentaire suivie.

 

TITRE II : DISPENSES ET ALLÉGEMENTS DE FORMATION
Article 3

Des dispenses et allègements de formation peuvent être accordés aux candidats au vu de leurs qualifications et expériences professionnelles.
Un candidat peut bénéficier de plusieurs dispenses et allègements de formation lorsque sa qualification et son expérience professionnelle le justifient.
Le directeur de l’établissement de formation examine les justificatifs présentés par le candidat pour l’octroi des dispenses ou allègements de formation.

Article 4

Pour obtenir la dispense des modules de formation définis dans les référentiels de formation figurant en annexe du présent arrêté, les candidats doivent justifier d’un diplôme dont le programme correspond au programme du module concerné.
Les titulaires de l’une des mentions du certificat national de compétence de mandataire judiciaire à la protection des majeurs ou du certificat national de compétence de délégué aux prestations familiales qui souhaitent obtenir un autre certificat bénéficient des dispenses prévues par les référentiels de formation figurant en annexe du présent arrêté.
Les professionnels qui ont validé la formation d’adaptation à l’exercice des fonctions de tuteur aux majeurs protégés (TMP) prévue par l’arrêté du 28 octobre 1988 bénéficient d’une dispense de tous les modules de la formation complémentaire préparant au certificat national de compétence mention « mesure juridique de protection des majeurs » (MJPM), à l’exception du module 3.2 « relation, intervention et aide à la personne ».
La dispense d’un module de formation entraîne la validation de celui-ci.
Les personnes qui justifient, lors de leur entrée en formation, d’une expérience professionnelle d’au moins six mois dans le cadre d’une activité tutélaire sont dispensées du stage pratique.

Article 5

Des allègements de formation peuvent être accordés aux candidats en fonction de leur expérience professionnelle. L’allègement de formation n’entraîne pas la validation du module concerné.
Pour pouvoir obtenir un allègement de formation, les candidats doivent justifier d’une expérience professionnelle d’au moins trois ans acquise dans le cadre de l’exercice d’une activité en lien direct avec le contenu de formation concerné.

Article 6

Les titulaires du certificat national de compétence aux fonctions de délégué à la tutelle aux prestations sociales (TPS), prévu par l’arrêté du 30 juillet 1976, sont titulaires de droit :
― du certificat national de compétence portant la mention « mesure d’accompagnement judiciaire » (MAJ) sous réserve de justifier avoir suivi une formation d’adaptation correspondant au module 2.1 « les contours de l’intervention et ses limites » de la formation complémentaire correspondant à cette mention ;
― du certificat national de compétence de délégué aux prestations familiales sous réserve de justifier avoir suivi une formation d’adaptation correspondant au module 2.1 « les contours de l’intervention et ses limites » de la formation correspondant à ce certificat.

 

TITRE III : ENTRÉE EN FORMATION
Article 7

Pour pouvoir accéder aux formations préparant au certificat national de compétence de mandataire judiciaire à la protection des majeurs, les candidats doivent remplir les conditions définies à l’article D. 471-3 du code de l’action sociale et des familles.
La formation préparant au certificat national de compétence de délégué aux prestations familiales est ouverte aux personnes qui remplissent les conditions définies à l’article D. 474-3 du code de l’action sociale et des familles.
Les candidats doivent en outre présenter un dossier de demande en précisant le certificat national de compétence et la mention envisagée et indiquant, le cas échéant, les dispenses ou allègements de formation souhaités compte tenu de leurs parcours en joignant les justificatifs correspondants.
Le dossier du candidat doit notamment comporter :
― un curriculum vitae présentant de façon détaillée la trajectoire personnelle et professionnelle et incluant la formation initiale et continue ;
― une ou des fiches de poste précisant les fonctions et activités exercées ;
― les photocopies de tous les diplômes et tous documents relatifs aux conditions posées au premier ou au deuxième alinéa du présent article.
Ce dossier est adressé à un établissement de formation ayant obtenu la délégation prévue à l’article 10.

Article 8

Le directeur de l’établissement de formation établit avec chacun des candidats un programme de formation individualisé au regard des dispenses ou allègements de formation qui lui ont été accordés.

Article 9

Le directeur de l’établissement de formation arrête la liste des candidats admis à suivre la formation et la transmet au représentant de l’État dans la région.
Cette liste précise pour chaque candidat admis le diplôme, le titre ou l’expérience professionnelle ouvrant l’accès à la formation, ainsi que le contenu et la durée de la formation complémentaire, en mentionnant les dispenses et allègements accordés.

 

TITRE IV : MISE EN ŒUVRE DE LA FORMATION

Article 10

Pour pouvoir dispenser une formation complémentaire de mandataire judiciaire à la protection des majeurs ou de délégué aux prestations familiales, la personne physique ou morale juridiquement responsable de l’établissement de formation doit s’engager à satisfaire aux conditions du cahier des charges figurant en annexe IV du présent arrêté.
Elle doit, en outre, justifier de la capacité pédagogique de l’établissement à dispenser la formation concernée, ainsi que de l’expérience pédagogique et des qualifications de l’équipe enseignante.
Un responsable pédagogique doit être désigné pour chaque formation complémentaire. Ce responsable pédagogique doit justifier d’un diplôme ou titre enregistré au répertoire national des certifications professionnelles au moins au niveau II ainsi que d’une expérience de cinq ans au minimum d’enseignement dans une matière en rapport avec le programme de la formation délivrée. Il doit en outre justifier des conditions prévues à l’article L. 6352-2 du code du travail.
Chaque formation complémentaire est assurée par une équipe pédagogique composée de formateurs permanents ou vacataires. Les membres de l’équipe pédagogique doivent justifier d’un diplôme ou titre enregistré au répertoire national des certifications professionnelles au moins au niveau III dans le domaine enseigné, ou d’une expérience professionnelle de trois ans au minimum :
― dans l’exercice d’une activité professionnelle en lien direct avec la matière enseignée ;
― ou en tant que formateur dans la discipline enseignée ;
― ou en tant que mandataire judiciaire ou délégué aux prestations familiales.

Article 11

La demande de dispenser la formation doit être transmise, par la personne physique ou morale juridiquement responsable de l’établissement de formation, au représentant de l’État de la région d’implantation de l’établissement de formation, au minimum trois mois avant la date d’ouverture de la formation.
Le dossier de demande figurant en annexe IV du présent arrêté comporte le cahier des charges que la personne juridique responsable de l’établissement s’engage à respecter, ainsi que les pièces justificatives concernant notamment :
― les éléments descriptifs de l’établissement de formation : son organisation, ses moyens, ses activités pédagogiques déjà à son actif, ses autres activités éventuellement ;
― le projet pédagogique de l’établissement et de la formation envisagée ;
― les qualifications de l’équipe pédagogique ;
― les modalités d’organisation et de mise en œuvre de la formation ;
― les modalités d’admission et d’information des candidats ;
― les modalités d’octroi des dispenses et allègements de formation ;
― les modalités de validation de la formation et de délivrance du certificat national de compétence correspondant.

Article 12

Dans un délai de deux mois à compter de la réception du dossier de demande complet, lorsque l’établissement de formation satisfait aux conditions définies à l’article 10, le représentant de l’État dans la région accorde délégation à l’établissement de formation pour :
― dispenser la formation complémentaire ;
― organiser le protocole de dispenses et d’allègements de formation ;
― établir les modalités et épreuves de validation de la formation ;
― délivrer, au nom de l’État, aux candidats ayant validé cette formation le certificat national de compétence de mandataire judiciaire portant mention de la formation validée par le candidat ou le certificat national de compétence de délégué aux prestations familiales.

Article 13

Cette délégation a une validité de dix ans. Une nouvelle demande doit être formulée, au plus tard trois mois avant la fin de la période de validité, selon les modalités fixées à l’article 11.
Chaque année, l’établissement de formation transmet au représentant de l’État dans la région un rapport d’activité des formations concernées. Il actualise à cette occasion les éléments relatifs à l’organisation pédagogique de la formation, la composition et les qualifications de l’équipe pédagogique, le protocole de dispense et d’allègement de formation, les modalités de validation de la formation et de délivrance des certificats nationaux de compétence.

 

TITRE V : VALIDATION DE LA FORMATION ET DÉLIVRANCE DU CERTIFICAT NATIONAL DE COMPÉTENCE
Article 14

Le responsable de l’établissement de formation est chargé d’organiser les modalités de validation de la formation.
Chaque domaine de formation est validé indépendamment des autres, sans compensation de notes.
Un domaine de formation est validé lorsque tous les modules de ce domaine sont validés.
La formation est validée lorsque tous les domaines de la formation sont validés.
En cas de non-validation d’un domaine de formation, les validations obtenues pour les autres domaines de formation restent acquises.

Article 15

Le responsable de l’établissement de formation qui a dispensé la formation arrête la liste des candidats qui ont validé l’ensemble de leur formation que celle-ci soit complète ou individualisée.
Il délivre à ces candidats, au nom de l’État, le certificat national de compétence.
Le certificat national de compétence, dont le modèle est établi par le ministre chargé des affaires sociales, précise le certificat national de compétence délivré, avec sa mention éventuelle.

Article 16

Le responsable de l’établissement de formation transmet, dans un délai maximum d’un mois, au représentant de l’État dans la région, les listes, mention par mention, des candidats ayant validé la formation et à qui il a délivré un certificat national de compétence.
Le représentant de l’État en région transmet cette liste au préfet du département où exerce le professionnel pour mise à jour de la liste d’inscription pour l’exercice des mesures de protection juridique.

 

TITRE VI : DISPOSITIONS TRANSITOIRES

Article 17

Les établissements de formation agréés avant le 1er janvier 2009 pour dispenser la formation d’adaptation à l’exercice de tuteur aux majeurs protégés (TMP) et la formation préparant au certificat national de compétence aux fonctions de délégué à la tutelle aux prestations sociales (TPSA et TPSE) sont réputés avoir satisfait aux dispositions des articles 11 et 12 du présent arrêté pendant une période transitoire de deux ans maximum.
Pendant cette période, ils peuvent dispenser une ou plusieurs formations complémentaires préparant aux certificats nationaux de compétence de mandataire judiciaire ou de délégué aux prestations familiales, dans les conditions prévues par le présent arrêté.
Les dispositions des deux alinéas précédents cessent de s’appliquer au plus tard le 31 décembre 2010.

Article 18

Les formations engagées avant le 1er janvier 2009, selon les conditions des arrêtés du 30 juillet 1976 relatif à la compétence des délégués à la tutelle aux prestations sociales ou du 28 octobre 1988 relatif à la formation d’adaptation à l’exercice de tuteur aux majeurs protégés, sont et demeurent régies jusqu’à la fin de leur cycle par ces textes.

Article 19

Sous réserve des dispositions de l’article 18, les arrêtés du 30 juillet 1976 relatif à la compétence des délégués à la tutelle aux prestations sociales et du 28 octobre 1988 relatif à la formation d’adaptation à l’exercice de tuteur aux majeurs protégés sont abrogés.

Article 20

Le directeur général de l’action sociale est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.